.{{@site.lang}}
janvier 31, 2022

Il était une fois... la Benelli Leoncino Trail

Retrouvez l'essai de Maxmis qui prend les commandes du blog pour partager son expérience de fier propriétaire d'une moto A2 bien sympathique ! Attrapez votre boisson chaude favorite et installez-vous confortablement : vous êtes entre de bonnes mains.

Il était une fois... la Benelli Leoncino Trail

La parole est à vous !

Pour faire de cet espace un lieu d'échange et de partage, vous retrouverez une sélection d'essais rédigés par des amis, à propos de leur moto actuelle ou passée, qu'ils connaissent bien, et dont ils ont accepté de parler pour apporter un éclairage complémentaire à celui de la presse et des influenceurs à tout(e) éventuel(le) intéressé(e).

Cet article en fait partie.

Merci à eux !


Préambule

Heureux possesseur d’une Benelli Leoncino trail de 2019 depuis un peu moins d’un an, voici mon retour d’expérience...

Tout d’abord un peu de racontage de vie : j’ai toujours voulu conduire une moto, mais jamais eu la motivation, le temps, les connaissances ou encore le courage de me lancer jusqu’à que ma situation actuelle me fasse dire et pourquoi pas sachant qu'un nouveau code allait être mis en place. C’était le moment où jamais.

Malgré des problèmes liés à un petit virus je me fais la main pour la 1ère fois sur un deux roues motorisé, la fameuse MT-07. Malgré peu de connaissances et des rumeurs, j’aime cette moto. Légère, maniable, confortable (pour 2h de cours du moins) et à ma taille, c'est vraiment une moto qui m’aurait convenu, mais jamais je n’ai pensé la prendre pour moi, une moto bien trop commune, ce qui la rend un peu fade à mon goût.

Le début de l'histoire

Le permis en poche en juillet, je décide le jour même de faire le tour des concessions de ma ville. Les marques sont presque toutes présentes, mais je ne trouve pas vraiment de coup de cœur et n’ai pas l’occasion d’essayer en situation réelle un modèle.

Jusqu’à que j’aie l’idée de sortir un peu de ma ville (15 min) pour me rendre à la concession Benelli la plus proche. Là, je tombe sur un vendeur très sympa et fan de la marque. Après un essai dans le magasin, il me propose d’aller faire un tour. Une fois le stress de conduire « pour de vrai » avec une moto ne m’appartenant pas passé, je suis rapidement surpris par la rapidité à laquelle je me sens à l’aise avec. Un premier V et deux virages plus tard, je savais que je la voulais. Problème : le budget est dépassé malgré les concessions du vendeur.

Prêt à signer, je trouve à seulement 1 h de route le modèle identique, mais affublé de « trail », je ne comprends pas forcément ce que cela implique à ce moment-là, mais je n’ai rien à perdre et j’ai rendez-vous pas loin pour essayer une G310R de BMW.

Pas convaincu par la BMW (pas assez de punch et pas forcément d’attirance), je me rends voir celle qui deviendra ma 1ère moto. Après discussions, être monté dessus et un peu de marchandage, je signe et je me retrouve 1 an plus tard toujours satisfait de mon achat.

BENELLI LEONCINO TRAIL 2019 - Fiche technique - Moto Algérie - Portail  Algérien de la Moto

Pour apporter des précisions à mon ressenti qui va suivre, je suis ce qu’on appelle un motard du dimanche, la moto est un loisir et un plaisir, j’évite la pluie et l’hiver, principalement par manque d’équipements adaptés et de confiance.

Les points forts

C’est une moto A2 native, elle n’a « que » 47,5cv mais ne souffre pas d’un bridage bancal. D’un point de vue personnel, je lui trouve plus de punch qu’une MT07, que le look est plus sympa et elle est moins commune. Ce qui me dérangeais avec la MT c’était cette sensation d’en voir à tous les coins de rue, le look du petit lion est original sans être farfelu, j’ai souvent eu des compliments de motards ou même de non-motards sur ma moto.

Happy biker woman with a ro..." av Antonio Guillem - Mostphotos

La disponibilité et le prix des pièces sont intéressants, suite à une sortie mal préparée pour voir ce qu’était ce « trail » j’ai pu faire ma première chute et plier mon sélecteur de vitesse, mon frein arrière et mon frein avant, bilan 80 € main d’œuvre comprise, ce qui d'après les retours est raisonnable

Je la trouve hyper maniable en roulant, sûrement grâce à son guidon un peu large et la position de conduite, mais extrêmement pénalisée par son poids à basse vitesse (j’ai tenté le lent avec … un échec). Le bruit de l’échappement est subjectivement joli.

Pour le prix je trouve l’équipement sympathique, on est sur du full LED, compteur numérique avec indicateur de rapport engagé, le freinage est surprenant par son efficacité et les pneus me semble être bons Metzeler Tourance Next d’origine.

Les points faibles

Le principal point négatif que je lui trouve est cette selle absolument pas confortable, au bout de 2h cela commence à devenir désagréable et ce même pour ma SDS qui se plaint rapidement de douleurs au dos. Pour ne rien améliorer les vibrations sont parfois gênantes après quelques heures, la finition n’est pas non plus exceptionnelle, pas mal de soudure apparente ou de câbles qui se baladent, mais pour le prix ce n’est selon moi pas rédhibitoire.

Le poids est aussi très élevé pour ce type de moto

Un point dérangeant, mais étant de ma faute, c’est la hauteur, en effet cette version est surélevée de quelques centimètres, fait que je me retrouve un peu limite et m’a valu 2 chutes humiliantes à l’arrêt.

J’ai acheté ma moto équipée d’un top case Givi, rien d’exceptionnel et le commodo gauche a été changé suite à une panne sous garantie.

J’ai également investi récemment dans une selle confort, qui je trouve a beaucoup diminué l’inconfort ressenti sur la précédente selle lors de longues balades ainsi que le ressentie des vibrations et légèrement rabaissé pour que touche le sol. Elle est  également plus jolie et mieux finie.

Je compte également éventuellement investir dans un kit de sacoches latérales suivant la durée que je compte la garder, et l’installation prochaine d’un Scottoiler (quand j’aurais la motivation de l’installer !).