.{{@site.lang}}
8 février 2013 • 2 min de lecture

Les Sacs de Sable

Les Sacs de Sable

Ce terme peu élogieux qu’on utilise pour qualifier les passagers(-ères) à moto ne leur rend pas vraiment justice. En effet, pour être un bon passager à moto, mieux vaut ne pas se comporter comme un simple poids mort. Aux lecteurs qui se sont parfois demandé comment se tenir à l’arrière d’une moto, pour trouver le compromis entre sécurité et confort, voici quelques brefs conseils de comportement physique :

  • Sur la route : l’idée générale est de « suivre » le pilote. Cela signifie ne pas le retenir ni aller à l’encontre de ses mouvements, même si vous avez les chocottes : votre pilote penche ? Penchez, sans forcer, mais penchez avec lui. S’il freine, essayez de ne pas l’écraser de tout votre poids ; serrer les genoux peut vous aider grandement dans cette entreprise. Cela dit, au rythme de croisière, plus vous êtes proche du motard, meilleur sera l’équilibre général. A basse vitesse, enfin, les petits à-coups réguliers ont tendance à vous faire donner des coups de casque au pilote, alors c’est le moment de se muscler la nuque pour éviter de faire sauter la peinture… Eh oui, passager, ce n’est pas une sinécure !
  • A l’arrêt : évitez de regarder un coup par la gauche, un coup par la droite, de trop gigoter : vos mouvements se ressentent fortement et l’équilibre est précaire à l’arrêt, puisqu’aucune force gyroscopique ne s’exerce. Et il paraît qu’une fracture de la malléole, ça fait mal (c’est ce qui arrive très souvent, lors des chutes à l’arrêt).
  • Urgence : en cas de freinage puissant, essayez de poser une main contre le réservoir pour ne pas aplatir votre pilote et l’empêcher, par voie de conséquence, de garder la maîtrise de votre monture commune. Pour vous détendre, vous avez le droit de hurler dans le casque 😀

Enfin, une petite recommandation aux pilotes : essayez de briefer vos passagers débutants, et ne les malmenez pas trop, du moins au début, le temps qu’ils prennent leurs marques, soient à l’aise sur votre machine.

Et puis, gardez à l’esprit les quelques mots d’Aristote sur le sujet :

Qui fait le malin, tombe dans le ravin.

Bonne route !